Le Mascaret à Saint-Pardon

Le Mascaret à Saint-Pardon

Samedi 21 septembre 2013, la foule était au rendez-vous pour faire honneur au mascaret sur la Dordogne… Soleil généreux, température clémente, coefficient de marée à 101 et Dordogne calme : que de beaux présages pour un passage du Mascaret annoncé à 18h20 (1).Rénové et aménagé entre 2001 et 2004, le Port de Saint-Pardon (1), point de passage historique entre les 2 berges de la Dordogne, est devenu un haut-lieu des activités aquatiques de loisir grâce au Mascaret. Une voirie adaptée, un accès au fleuve en plan incliné, de robustes et sécurisantes balustres et même des douches sont là pour en témoigner.Le Mascaret, c’est 2 fois par jour durant toute l’année, soit 730 par an, mais une cinquantaine de ces vagues seulement est remarquable. Saint-Pardon est l’endroit idéal pour en profiter. Une fois passée, la vague perd très vite en force et en hauteur.

(1/18) 17h40 : Arrivée sur le port de Saint-Pardon (3) : petits et grands commencent à se masser le long de la berge. Entre s’installer contre la balustre en prévision du passage de la vague, et déambuler sur le port pour assister aux préparatifs des surfeurs et canoéistes, le choix est cornélien… J’opte pour une solution médiane, en me plaçant dos à la balustre, non loin du plan incliné.

(2/18) 17h57 : C’est l’heure de pointe pour accéder au fleuve. Une joyeuse pagaille s’empare des lieux : muni de son surf, de son canoë, voire de son body-board, chacun souhaite se rendre sans tarder quelques centaines de mètres en aval du Port, afin de pouvoir profiter du Mascaret qui remonte la Dordogne et passer ainsi devant l’assistance. Combi intégrale ou simple bermuda, noir sobre ou couleurs fluo, parents, jeunes gens ou potes âgés, tous les styles et tous les âges sont de la partie.

Mais tous ne sont pas pressés : certains iront même jusqu’à se jeter à l’eau quelques minutes seulement avant l’arrivée du Mascaret, voire même pas du tout pour le dernier d’entre eux… Trop tard, plus envie, pas préparé, peu importe, ici personne n’est jugé et il profitera comme les autres du spectacle

(3/18) 18h05 : Ça piaffe, ça commente, ça plaisante et s’esclaffe dans la foule. Le beau temps retrouvé délie les langues… Ça s’impatiente aussi : le Mascaret va-t-il être à la hauteur des espérances que ceux et celles qui vont la surfer ou la voir passer y ont placées ?

(4/18) 18h29 : Un frisson a parcouru l’assistance : « Le voilà ! ». Le Mascaret est apparu au détour du méandre de la Dordogne. Un ourlet plus sombre à la surface du fleuve, qui avance lentement (de 10 à 20 km/h suivant les conditions), et qui provoque une activité fébrile à l’horizon comme au Port…

(5/18) 18h34 : Certains n’ont pu attraper la première vague ou l’ont laissé passer.Les chanceux s’avancent lentement sur une ligne mouvante et gesticulante.

(6/18) 18h35 : Respect de la vie privée ou règlement de comptes ? Que nenni ! Ici, ce serait plutôt « Ohé je suis làààà !! » Et tant pis pour notre surfeur anonyme…

(7/18) 18h35 : Le niveau sonore général s’amplifie au fur et à mesure de l’approche du Mascaret et des personnes qui le surfent. La vague commence à s’entendre, et la foule à s’exprimer…

(8/18) Fixées sur les casques, les planches, canoës ou au bout d’un bâton, les caméras GoPro (ou équivalent) figent l’évènement sous tous les angles.

(9/18) A l’approche du port, beaucoup ne pensent déjà plus qu’à la vague qu’ils sont en train de chevaucher, le regard planté loin devant sur la rivière.

(10/18) 18h36 : Une clameur et des applaudissements nourris accompagnent le passage du Mascaret devant le Port de Saint-Pardon. Petit moment de gloire bien compréhensible pour tous les surfeurs et canoéistes qui sont parvenus à garder leur place (et oui, parfois, un chouilla d’excitation en trop ou un moment d’inattention et « Plouf ! tombé ! »).

(11/18) Gros plan sur une partie des héros du jour. Ne figurent pas sur la photo tous ceux qui ne sont pas parvenus jusqu’au port, et qui n’ont pas pour autant démérité…

(12/18) 18h36 : Après avoir eu l’impression que le Mascaret arrivait lentement, tout le monde s’accorde à dire qu’il est passé trop vite…

(13/18) Immédiatement après le passage du Mascaret, la lumière du soir donne des reflets presque métalliques à l’onde des vagues suivantes, avant que ne s’installent remous et vagues désordonnées.

(14/18) 18h36 : Une fois passé le Port de Saint-Pardon, le Mascaret perd quelque peu de sa force, mais les passionnés font durer le plaisir sur quelques centaines de mètres encore.

(15/18) 18h43 : Le plaisir est visible, palpable et partagé par tous. Petits et grands, passionnés ou néophytes, sportifs ou simples spectateurs, tous les yeux brillent et pétillent.

(16/18) 18h50 : Cela peut paraître incongru voire insolite de voir toutes ces planches de surf si loin des plages océanes, mais à Saint-Pardon, c’est une tradition.

(17/18) 18h55 : Retour au bercail, en voiture, à pied ou en vélo.

(18/18) 18h57 : Peu importe si on est encore mouillé : on sèchera en route… Et on pense déjà au prochain Mascaret, qui sera sûrement encore plus beau, qui fera pétiller encore plus les yeux…

(1) Coefficients de marée et horaires de passage du Mascaret à Saint-Pardon : http://www.libservices.net/mascaret
(2) Saint-Pardon, commune de Vayres.
(3) La marche à pied est fortement recommandée, tant l’affluence les jours de Mascaret est importante.

Laisser un commentaire